fbpx

Les bonnes pratiques pour augmenter la concentration chez les enfants

La question de la concentration chez les enfants est un sujet récurrent. S’il y a effectivement des situations et des cas qui nécessitent une réponse d’un professionnel de la santé, un enfant étourdi ou avec beaucoup d’énergie ne souffre pas forcément d’un TDAH. Surtout que l’âge est important. Avant 3 ans, sa concentration ne dépassera pas 10 minutes. Il faut donc changer régulièrement d’activité et alterner jeux et repos. De 3 à 6 ans, la capacité à se concentrer augmente, mais dépend également du contexte, de l’activité et de son état d’esprit. De 6 à 10 ans, un enfant doit être capable de maintenir son attention pendant une trentaine de minutes environ. 

Chaque enfant dispose de capacités de concentration différentes et ce sont les parents qui sont les mieux placés pour les observer. Et en cas de besoin, il existe des bonnes pratiques utiles pour contribuer à augmenter la concentration chez les enfants.

Laissez votre enfant bouger

Tous les enfants ont besoin de bouger, de courir, de sauter et de dépenser leur énergie. Mais certains plus que d’autres. Un enfant qui ne s’est pas assez dépensé ou qui a besoin de bouger aura toutes les peines du monde à se concentrer pour une tâche à accomplir, que ce soit à l’école ou à la maison. Il est donc important d’alterner des périodes où l’enfant pourra dépenser son énergie avant les périodes où il doit rester calme (matin avant l’école, avant les repas, avant les devoirs, avant d’aller au lit, etc.).

Essayez de contenir les stimulations externes

Plus on sollicite un enfant, plus il répond présent. Et parce qu’il ne connaît pas ses limites, l’issue peut être un trop-plein à évacuer par une colère, des cris ou un comportement inadapté. Pour tenter de garder sa concentration sous contrôle, il faut donc travailler sur l’environnement des enfants. Cela signifie limiter le bruit, éviter les éclairages artificiels trop violents et privilégier la lumière du jour, diminuer le nombre d’activités, laisser son enfant vivre et ne pas constamment le reprendre avec des mots ou des interventions trop directives ou négatives ( « ne fais pas ça ! ​», « ne touche pas à ça ! », etc.).

Respectez son sommeil

Chez les adultes, le manque de sommeil impacte grandement la concentration. Chez les enfants, c’est encore pire ! Un déficit de sommeil peut grandement perturber les capacités d’attention et de concentration. Il faut donc mettre en place une routine efficace pour assurer des nuits longues, paisibles et reposantes (lecture avant de s’endormir, chambre calme et bien aérée, obscurité, etc.). Plus le rythme circadien sera stable, plus l’enfant pourra récupérer.

Réduisez les écrans

Pour de nombreux parents, c’est un sujet de crispation bien connu ! En effet, les écrans (smartphone, tablette, ordinateur, ou télévision) sont connus pour impacter la concentration, le comportement, le sommeil et l’attention des enfants. Il est donc essentiel de les limiter au maximum, et même de les bannir complètement pour les enfants de moins de 3 ans. Le temps d’écran doit être scrupuleusement encadré et les contenus visionnés surveillés de près, afin de s’assurer qu’ils correspondent bien à ce que l’enfant soit en mesure de regarder et de comprendre. 

Soyez positif

C’est plus facile à dire qu’à faire, mais il faut tenter d’être le plus positif possible dans la plupart du temps. Cela signifie souligner ce qui a été fait plutôt que l’inverse, faire preuve de pédagogie pour expliquer pourquoi on peut ou on ne peut pas faire une chose, savoir garder son sang-froid pour gérer les colères, et être toujours dans la gratitude plutôt que dans les reproches. Une démarche positive permet à l’enfant de gagner confiance en lui et d’être plus indulgent avec lui-même. De quoi faciliter son attention et sa motivation au moment de se lancer dans une tâche. 

Entrez dans son monde

L’enfant a besoin de partager et de vivre des expériences avec des adultes. Il faut donc retrouver son âme d’enfant pour entrer dans son monde. Lecture, jeu, activité physique… tous les prétextes sont bons pour créer une connexion émotionnelle forte qui crée de la confiance, qui favorise le calme, et qui développe les capacités attentionnelles, l’imaginaire et contribue grandement au développement des facultés cognitives.

Relaxez ensemble

Il existe de nombreuses approches qui permettent de retrouver bien-être et calme chez les enfants. C’est le cas d’une activité calme (dessin, lecture, etc.), d’une activité de bien-être (bain, massage, etc.), d’une activité physique (il existe des programmes de yoga et de méditation pour les enfants), ou encore, à partir d’un certain âge, une activité de neurofeedback, afin que l’enfant puisse travailler lui-même sur sa relaxation et sa détente pour mieux se concentrer.

En tant que parents, nous voulons toujours le meilleur pour notre enfant, mais parfois le mieux c’est d’accepter de lâcher prise. En travaillant sur son bien-être et en l’aidant à prendre conscience de son potentiel, l’enfant pourra progressivement améliorer sa concentration. En ce sens, le neurofeedback constitue un levier pertinent pour tous les troubles de la concentration, des plus bénins aux plus sévères.